EMPRUNT PUBLIC


EMPRUNT PUBLIC
EMPRUNT PUBLIC

EMPRUNT PUBLIC

Longtemps considéré comme un procédé nocif auquel l’État ne devait avoir recours qu’exceptionnellement, l’emprunt occupe, aujourd’hui, une place importante, aux côtés du prélèvement fiscal, parmi les recettes publiques. Traditionnellement défini comme une prestation pécuniaire versée, en principe, à titre volontaire, en vertu d’un contrat et moyennant une contrepartie (remboursement, service d’intérêts) en vue de couvrir les charges publiques, l’emprunt est devenu un instrument de politique économique. En effet, l’emprunt public peut être utilisé pour drainer l’épargne des particuliers vers certains investissements publics jugés prioritaires, ou pour relancer l’activité économique en injectant des ressources nouvelles dans les circuits financiers. Il peut également, dans le cadre d’une politique anti-inflationniste, servir à éponger une partie des liquidités monétaires excédentaires, comme l’emprunt Giscard en 1973.

Au point de vue technique, l’emprunt public comporte deux phases. Dans la phase de l’émission, l’État, pour se procurer l’argent nécessaire à son action, demande de l’argent aux souscripteurs. Plusieurs procédés peuvent être utilisés pour assurer le placement d’un emprunt public. Le plus employé est la souscription publique, qui fait intervenir l’ensemble du réseau des comptables publics ainsi que les guichets des établissements financiers. La vente directe en Bourse, au fur et à mesure des demandes et au gré de la fluctuation des cours, n’est pratiquement plus utilisée en France, mais certains pays recourent encore à cette méthode. Quant à la vente aux banques, qui fut très largement employée au XIXe siècle, elle n’est employée que de façon exceptionnelle. Pour attirer les souscripteurs, l’État leur consent un certain nombre d’avantages, dont le premier est l’intérêt versé, qui représente le loyer de l’argent prêté. En principe, le taux de l’emprunt doit correspondre au taux d’intérêt pratiqué sur le marché financier, mais l’État peut mener une action pour faire baisser ce taux d’intérêt (technique de l’open market ) ou recourir à une émission au-dessous du pair. La technique de l’émission au-dessous du pair a pour effet d’accorder au souscripteur un taux réel supérieur au taux d’intérêt apparent. L’émission a lieu au-dessous du pair lorsque le souscripteur d’un titre de 100 francs n’est tenu de verser qu’une somme inférieure: 80 francs par exemple. Si le taux est de 6 p. 100, un emprunt émis à 80 francs pour une valeur nominale de 100 francs rapportera 6 francs par an, ce qui donne un taux réel de 7,5 p. 100. Un certain nombre d’avantages supplémentaires peuvent être accordés aux souscripteurs: privilèges fiscaux, privilèges juridiques (insaisissabilité) ou encore, dans le cas de l’emprunt 6 p. 100 Balladur 1993, droit de souscription prioritaire aux privatisations. Par ailleurs, pour compenser la dépréciation monétaire, des garanties peuvent être concédées aux épargnants: le procédé le plus utilisé consiste à indexer l’emprunt soit en capital, soit en intérêt sur une valeur jugée plus résistante (emprunt Pinay 4,5 p. 100 1953, rattaché à l’or; emprunts Giscard 7 p. 100 1973 et Barre 8,80 p. 100 1977, reliés à l’unité de compte européenne).

La deuxième phase de la procédure de l’emprunt consiste à éteindre la dette en la remboursant. Le remboursement s’effectue de deux manières. La méthode la plus élémentaire consiste à procéder au remboursement global, en une seule fois, de la totalité des titres d’emprunt. Une telle opération est difficile à réaliser car elle exige le décaissement de fonds importants, ce qui est une lourde charge pour l’État. Aussi préfère-t-on le procédé de l’amortissement, qui permet d’échelonner le remboursement tout au long de la période pour laquelle le prêt a été consenti. La technique de l’amortissement comporte des modalités pratiques variées dont les deux plus fréquemment employées sont celle des annuités constantes, qui consiste à ajouter, chaque année, aux intérêts une somme supplémentaire qui correspond au remboursement d’une partie du capital pour chaque porteur de titre, et celle du tirage au sort, système dans lequel les titres d’emprunt, divisés en séries égales, font l’objet d’un remboursement intégral à un rythme régulier par voie de tirage au sort.

À côté de l’amortissement, qui permet d’alléger le poids de la dette publique par réduction du capital, il convient de signaler la procédure de la conversion, qui permet de diminuer les intérêts que l’État verse à ses créanciers. La conversion est une opération qui consiste à échanger (de manière facultative ou obligatoire) le titre d’un emprunt ancien contre le titre d’un emprunt nouveau dont la valeur en capital est la même, mais qui porte un intérêt inférieur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • emprunt — [ ɑ̃prœ̃ ] n. m. • v. 1195; de emprunter 1 ♦ Action d obtenir une somme d argent, à titre de prêt; ce qui est ainsi reçu. Faire un emprunt. « Il la suppliait de contracter pour lui un nouvel emprunt sur la villa » (Martin du Gard). Rembourser un… …   Encyclopédie Universelle

  • Emprunt Russe — Il y a eu plusieurs emprunts russes. Le premier emprunt date de 1888. L emprunt russe de juin 1906 est un emprunt international signé par la Russie destiné à rétablir les finances après la guerre russo japonaise (2,25 milliard de francs couverts… …   Wikipédia en Français

  • Emprunt obligataire — Obligation (finance) Obligation de 500 F à 5% au porteur, 1901, gravée par Luigi Loir. Une obligation (en anglais : bond) est une valeur mobilière qui est un titre de créance représentatif d un emprunt. En tant que tel, l obligation est… …   Wikipédia en Français

  • Emprunt russe — Il y a eu plusieurs emprunts russes. Le premier emprunt date de 1888. L emprunt russe de juin 1906 est un emprunt international signé par la Russie destiné à rétablir les finances après la guerre russo japonaise (2,25 milliard de francs couverts… …   Wikipédia en Français

  • Grand emprunt de la France en 2010 — Le grand emprunt 2010, ou investissements d avenir, est un emprunt lancé par l État français sur les marchés financiers en 2010. Cette initiative a été préparée en 2009 par la commission Juppé Rocard, co présidée par Alain Juppé et Michel Rocard …   Wikipédia en Français

  • Endettement public — Dette publique La dette publique est, dans le domaine des finances publiques, l ensemble des engagements financiers pris sous formes d emprunts par l État, les collectivités publiques et les organismes qui en dépendent directement (certaines… …   Wikipédia en Français

  • Réseau de transport public du Grand Paris — Réseau Métro de Paris Année d’ouverture entre 2017 et 2023 Matériel utilisé Automatique intégrale Points d’arrêt Environ 60 Longueur environ 155 km …   Wikipédia en Français

  • Acquisition par emprunt — Leveraged buyout Un financement d acquisition par emprunt, également désignée par le sigle LBO (pour l anglais leveraged buy out) consiste à racheter une société en ayant recours à de l endettement bancaire aussi appelé effet de levier. C est l… …   Wikipédia en Français

  • Taux d'emprunt — Taux d intérêt Les marchés de taux d intérêt sont les marchés de capitaux les plus importants du monde, loin devant le marché des changes et très loin devant celui des actions, non seulement par les volumes traités mais aussi par leur importance… …   Wikipédia en Français

  • L'Enseigne La Poste (Branche Grand Public du Groupe La Poste — La Poste (France) Pour les articles homonymes, voir La Poste. Logo de La Poste …   Wikipédia en Français